Toda la documentación que encontrarás en Oposinet la puedes tener en tu ordenador en formato word. De esta forma podrás modificarla y trabajar con ella con más comodidad.


Ponte en contacto con nosotros a la dirección y te la enviaremos. A cambio te pedimos que compartas tu información, enviándonos documentos interesantes para la preparación de estas oposiciones: temas, programaciones didácticas, exámenes... Es imprescindible que estos documentos no posean derechos de autor, que no existan ya en la web y que sean realmente interesantes para la preparación de las oposiciones.


Otra opción para conseguir los documentos en formato word es realizar un pago de 19,5 euros, con la cual mantendremos esta web y compraremos nuevos materiales para ponerlos al alcance del resto de la comunidad. Importante: con el pago te proporcionaremos TODOS los documentos que hayamos publicado de una de las especialidades de oposiciones. Los documentos publicados en formato pdf no te los proporcionamos en formato Word sino en pdf.




Tema 12 – Le lexique français: structure et la formation des mots. prêts

I -INTRODUCTION

On définit le mot comme une suite de sons (ou de lettres, si on envisage la langue écrite) qui a une fonction dans une phrase donnée et qui ne peut se diviser en unités plus petites répondant à la même définition.

L’ensemble des mots d’une langue et le lexique. Les linguistes distinguent souvent le lexique du vocabulaire, considéré comme l’ensemble des mots utilisés dans une réalisation orale ou écrite (le vocabulaire de Corneille, du Code Civil).

La lexicologie est l’étude scientifique du lexique ou du vocabulaire considéré sous le double aspect du signifiant et du signifié. Elle inclut notamment l’étymologie, qui s’intéresse à l’origine des mots et à leur disparition

II – L’ORIGINE DES MOTS: GENERALITES

L’étymologie est la partie de la linguistique qui étudie l’origine des mots. Etymologie se dit aussi de l’origine d’un mot particulier. L’étymon est le mot qui est à l’origine du mot que l’on étudie: “partir” a comme étymon le latin vulgaire “partire”, latin classique “partiri”. L’étymologie doit tenir compte de la phonétique, de la sémantique et des conditions historiques.

Du point de vue de l’origine les mots français peuvent être rangés en trois grandes catégories:

Le fonds essentiel, appelé fonds primitif, est constitué par le latin, auquel il faut joindre quelques survivances de langues antérieures et des mots pris aux germains après les Invasions.

Les mots empruntés à des langues étrangères depuis le moment où le français est devenue une langue distincte du latin.

Les formations indigènes, c’est à dire les mots fabriqués en français même, la plupart du temps à partir des mots appartenant aux deux catégories précédentes.

2.1.Les familles de mots

Les familles historiques sont celles qui sont fondées sur l’étymologie réelle, sur le fait qu’elles remontent à un ancêtre commun, mais par des chemins différents.

Du latin AQUA, étymon ou base, sont issus : EAU, EVIER, AIGUIERE, EAUFORTE, EAU-DE-VIE, AQUATIQUE, AQUEDUC, GUACHE.

Les familles synchroniques sont celles dont les relations restent perceptibles par les usagers d’aujourd’hui :

EAU et AQUATIQUE continuent d’être sentis comme apparentés ainsi que le montre la définition: “Aquatique: qui vit dans l’eau”.

En revanche, des mots qui n’ont pas une origine commune sont sentis comme apparentés à cause de la ressemblance formelle et sémantique: c’est ce qu’on appelle l’étymologie populaire :

ECHEC fonctionne comme le nom correspondant au verbe ECHOUER.

2.2.Les doublets

On appelle doublets des couples de mots issus du même étymon mais qui ont une forme différente.

La catégorie principale est constituée par des couples d’origine latine, mais un des deux est un mot dit populaire, qui fait partie du fonds primitif et a subi, par conséquent, une évolution phonétique et sémantique qui l’a écarté de son étymon, tandis que l’autre est un mot dit savant, emprunté par la suite et plus proche de l’étymon quant au sens et quant à la forme :

LATIN

FORMATION POPULAIRE

FORMATION SAVANTE

Auscultáre

écouter

ausculter

délicátum

délié

délicat

exámen

essaim

examen

factiónem

façon

faction

masticáre

mâcher

mastiquer

nativum

naïf

natif

Certains mots latins, selon qu’ils étaient accentués ou non ont donné deux formes populaires distinctes :

Me tonique > moi : Atone > me

Meum tonique > rien : Atone >mon

D’autres doublets résultent de l’introduction de mots étrangers ou dialectaux à côté de leurs congénères français :

Latin Nígrum > Français Noir, espagnol ou portugais negro > “Nègre”

On range aussi parmi les doublets des mots issus de deux formes d’un même mot latin :

– l’une est le nominatif latin et le cas sujet de l’ancien français, l’autre est l’accusatif latin et le cas régime de l’ancien français : Hómo > on : Hóminem > ome, aujourd’hui Homme.

– l’une est le singulier d’un nom neutre latin, l’autre son pluriel, devenu nom féminin singulier en latin vulgaire : Granum > grain ; grana > graine

Quelques doublets résultent d’évolutions concurrentes en français même : l’ancien français “col” a donné à la fois Col et Cou, Vieux-vieil, Beau-Bel, etc.

2.3.Le néologisme

Depuis que le français existe, il n’a cessé d’intégrer à son lexique de nouvelles unités ou de donner des sens nouveaux aux mots déjà en usage. Ces innovations sont des néologismes.

Un grand nombre de néologismes sont du à la nécessité de désigner une réalité ou un concept nouveaux: Hélicoptère, télégraphier, vidéotex.

Beaucoup d’autres répondent au besoin de désigner des choses déjà connues par un nom jugé plus efficace: cabinet est devenu toilette.

Il y a des néologismes involontaires dus au bilinguisme ou à la tendance à la régularité, à la simplicité: Solutionner est tiré de solution, au lieu de résoudre.

2.4.Disparition des mots

Tout au long de l’histoire du français des mots sont sortis de l’usage par des raisons très variées: le besoin de mettre fin à une homonymie gênante, à une brièveté excessive, à une surcharge sémantique, la préférence d’un verbe régulier ou pour un mot plus expressif: goupil a été remplacé par renard.

2.5.L’Archaïsme

On appelle “archaïsme” le fait d’utiliser un mot, une forme, un sens, une construction, etc. qui ont cessé d’appartenir à la langue commune.

L’archaïsme proprement dit résiste à ressusciter occasionnellement un mot ou un emploi que l’on peut considérer comme disparus : “enfançon” (=petit enfant), faulx (=faux).

On mettra à part les archaïsme historiques, c’est à dire les mots désignant des réalités de jadis et dont on doit presque nécessairement se servir pour décrire ces époques: par exemple les noms des monnaies (écu), des armes (tromblon), des vêtements (haut-de-chausses), etc.

On parle aussi d’archaïsme à propos d’emplois qui, après avoir appartenu à la langue commune, ne sont plus utilisés que par une partie des usagers: Horloge est masculin à Rouen, aller à messe pour à la messe en Wallonie et ailleurs.

On parle aussi d’archaïsmes pour des mots, des formes, des constructions, etc., qui s’employaient librement dans une époque antérieure et qui ne subsistent plus que dans tes emplois isolés, figés: Férir dans sans coup férir.

III – LE FOND PRIMITIF

Le fonds essentiel du français est constitué par le latin importé en Gaule à la suite de la conquête romaine.

C’est le fonds essentiel parce que ce sont les mots qui existent en français depuis que celui-ci existe, qui n’ont d’autre date de naissance que celle du français même (lorsque les mots d’emprunt et les formations indigènes sont apparus dans l’histoire du français à un moment donné).

C’est aussi le fonds essentiel parce que c’est de là que proviennent les mots les plus fréquents, presque tous les mots-outils indispensables et aussi les mots qui désignent les réalités fondamentales de la vie : naître, vivre, aimer, mourir, manger, dormir, boire…

Le latin importé en Gaule est un latin parlé, qu’on appelle traditionnellement latin vulgaire. Ce latin a subi de profondes modifications par l’application des lois phonétiques: Augústum > latin vulgaire agosto > ancien français aost > français écrit août.

3.1.Le substrat et le superstrat

Tout en adoptant le latin, les habitants de la Gaule ont gardé un certain nombre de mots de leur langue propre, le gaulois. Voici quelques-unes de ces survivances passées dans le français: bassin, bouc, cervoise, dru, jante, lie, marne, tan…

A travers le gaulois et le latin de gaule, nous avons aussi conservé quelques mots de la langue parlée: ajonc, motte, pot, roche…

Les mots que le français a gardé du francique, langue des Francs, attestent l’importance de ce peuple en Gaule à l’époque des invasions: baron, blé, blesser, danser, gage, gant, haïr, laid, maint, moue…

IV – LES EMPRUNTS

On appelle emprunts les éléments qu’une langue , au cours de son histoire, a pris à d’autres langues.

Ce que l’on emprunte le plus facilement, ce sont des mots, spécialement des noms, des verbes et des adjectifs. Un mot déjà existant peut aussi recevoir le sens que possède le mot équivalent dans une langue étrangère. Des langues dont le prestige est grand et auxquelles on prend beaucoup de mots donnent aussi d’autres éléments : mots grammaticaux, suffixes et procédés de formation, tours syntaxiques, graphies, plus rarement des sons.

On distingue les emprunts savants, par voie écrite, et les emprunts populaires, par voie orale.

Sur l’adaptation des mots d’emprunt, on peut faire les observations suivantes:

– du point de vue sémantique, on emprunte ordinairement un seul des sens de la langue donneuse, et si le mot y a un sens très général, il est particularisé dans la langue emprunteuse.

– du point de vue phonétique et graphique, on respecte davantage aujourd’hui la forme étrangère, surtout écrite, mais les sons étrangers sont remplacés par les équivalents français, et l’accent tonique frappe nécessairement la dernière syllabe.

– du point de vue morphologique, certaines mots empruntés gardent des particularités de la langue d’origine, surtout s’ils ne sont pas intégrés à l’usage général: notamment le pluriel. Les verbes adoptent nécessairement la conjugaison française.

Certaines langues ont été particulièrement à la mode et ont par conséquent donné beaucoup de mots, notamment des mots dont le besoin ne se faisait pas sentir. C’est le cas du latin, de l’italien, de l’anglais.

4.1.Le latin

On trouve en français un très grand nombre de mots (dits savants) d’origine latine, mais qui n’ont pas suivi l’évolution phonétique des mots (dits populaires) qui constituent le fonds primitif. Dans les mots savants, en général seule la terminaison est adaptée. Quand un même mot latin est représenté par

deux formes l’une populaire et l’autre savante, on parle de doublets.

Ex.: afflictium, céleste, chancelier, creature, décès, décliner.

4.2.Le grec

Le grec va fournir des éléments de composition fort nombreux, qui jouent un rôle considérable dans le lexique moderne des sciences et des techniques: gastrique, graphie, hippisme, thermique…

4.3.L’italien

Dans le Moyen Age le français a emprunté à l’italien des mots concernant les finances (banque, million), le commerce (trafic), la diplomatie (ambassade), l’armée (alarme, canon), etc. Mais c’est au XVIème siècle que l’italien a eu la plus forte influence, dans les antérieurs domaines et dans la façon de vivre: caleçon, appartement, parasol, carnaval, moustache…

4.4.L’anglais

A partir du XVIIIème siècle, on imite la façon de vivre des anglais et on leur emprunte leurs mots: redingote, whisky, rosbif, magazine, partenaire, sentimental, etc.

Ce mouvement continuera jusqu’à nos jours en s’amplifiant. Il trouve des justifications nouvelles dans la prospérité économique de l’Angleterre, relayée au XXème siècle par les Etats-Unis. Il trouve aussi un appui considérable dans le fait que l’anglais sert de langue de communication même pour des gens dont ce n’est pas la langue maternelle. Tous les domaines sont touchés: la marine, le chemin de fer, le commerce, la science, al mode, les sports, la finance, l’armée… Le “Dictionnaire des anglicismes” de J. Rey-Deboue et G-Gagnon compte plus de 2.620 anglicismes, don 1.500 considérés comme vivants: standing, living room, parking, hit parade, play-back, hobbie, week-end, footing.

4.5.Les autres langues voisines

4.5.1.L’allemand

Choses militaires: halte, képi

Vie courante: choucroute, quenelle, valse

Technologie moderne: zinc, potasse…

Philosophie et sciences humaines: subjectivité, statistique.

4.5.2.Le neerlandais

La marine: accore, affaler

La diamanterie: cliver

4.5.3.L’espagnol

Abricot, anchois, caramel, cigare, embarrasser, romance, sieste.

4.5.4.L’occitan (ou Provençal)

Ballade, abeille, auberge, cadastre.

4.5.5.Les dialectes

Le normand: s’égailler, pieuvre, cingler

Le picard: caboche, badine, rescapé

Le wallon: grisou, houille

Le breton: bijou, cohue, darne, goéland, mine.

4.5.6.L’argot

Cambrioleur, pègre, loufoque, mégot, narquois, polisson, abasourdir, maquiller.

4.5.7.L’arabe

Azur, chiffre, douane, sucre, alchimie, alcool, élixir, algèbre, bled, matraque.

4.5.8.L’hebreu

Abbé, alléluia, pâque(s), samedi

4.5.9.La colonisation > la découverte de l’Amérique

Cacao, caoutchouc, chocolat, patate, tabac, tomate…

V – LES FORMATIONS FRANÇAISES

Ce sont des innovations dues aux locuteurs français eux-mêmes, ordinairement à partir des mots préexistants (ou d’une bases préexistante), ceux-ci pouvant appartenir au fonds primitif, être des emprunts ou être eux-mêmes des formations françaises.

Ces formations peuvent résulter:

– soit de l’addition d’un élément non autonome, d’un affixe, à un mot ou à une base préexistants, c’est la dérivation ;

– soit de la combinaison de mots préexistants; c’est la composition, à laquelle nous rattachons la composition au moyen de mots étrangers;

– soit de la modification d’un mot préexistant, soit dans sa forme, soit dans sa nature.

5.1.Les derives

La dérivation est l’opération par laquelle on crée une nouvelle unité lexicale en ajoutant à un mot existant un élément non autonome ou suffixe.

Si cet élément est placé après le mot existant (ou la base), il s’appelle suffixe, et l’opération suffixation. si cet élément est placé avant le mot préexistant, il s’appelle préfixe, et l’opération préfixation.

A cela s’ajoutent deux formes particulières:

dérivation parasynthétique, par laquelle on ajoute simultanément un préfixe et un suffixe;

la dérivation régressive, par laquelle on supprime un suffixe ou, plus rarement, un préfixe.

5.1.1.Les suffixes

Un suffixe est une suite de sons (ou de lettres, si on envisage la langue écrite) qui n’a pas d’existence autonome et qui s’ajoute à la fin d’un mot existant pour former un mot nouveau.

ORIGINE

La majeure partie des suffixes est d’origine latine ; ils ont été tirés de mots appartenant soit au fonds primitif (suffixes populaires), soit aux emprunts (suffixes savants): -aison (pop), -ation (savant).

Les suffixes tirés de mots empruntés aux langues modernes sont peu nombreux: -ade, -esque, -ol, -ing.

Certains suffises combinés peuvent être considérés comme des formations françaises: -elet, -eresse.

VITALITE

La vitalité des suffixes est fondée sur deux caractères: la productivité, c’est à dire l’aptitude à produire des dérivés, la motivation, c’est à dire le fait que les usagers perçoivent les dérivés comme tenant une base et un suffixe.

ROLE

Ou bien le suffixe est destiné à changer la catégorie syntaxique du mot de base: adjectif ® adverbe : ® étrange ® étrangement

Ou bien le suffixe ne change pas la catégorie grammaticale du mot de base,

mais y ajoute une nuance sémantique ou stylistique:

Féminin : Comte ® comtesse

Beaucoup de suffixes ont des valeurs sémantiques très variables:

-IER: par exemple: banane ® bananier, pigeon ® pigeonnier, serrure ® serrurier.

D’autre part, les suffixes sont souvent en concurrence, par exemple pour les noms d’habitants :

Paris ® ParisienLiège ® Liégeois

Toulouse ® ToulousainMontréal ® Montréalais

NATURE DE LA BASE

Il est assez rare que la base s’identifie au mot simple: poli ® poliment,

test ® tester

En réalité la dérivation se fait sur le radical et non sur le mot, ou sur un des radicaux lorsqu’il s’agit de mots à radical variable:

manger ® mangeurboire ® buveur

veuf ® veuvage

Souvent la base n’est pas le radical ou un des radicaux du mot simple actuel, soit pour des raisons de phonétique historique: boeuf ® buvier, poil ® pelage, soit parce que la base prend la forme de l’étymon latin: nu ® nudisme,

moteur ® motoriser, salaire ® salarial.

Lorsque la base se termine par une voyelle prononcée et que le suffixe commence par une voyelle, il y a plusieurs possibilités.

thé ® théièreubu ® ubuesque

canada ® canadienmoto ® motard

banlieue ® banlieusardtabac ® tabatière

Lorsque la base est un mot composé, une locution ou un syntagme :

Si les éléments sont séparés par un trait d’union ou par un blanc, la dérivation ne se fait pas aisément.

Quelques mots composés et quelques locutions reçoivent un dérivé conforme à la règle ordinaire de la dérivation:

court-circuit ® court-circuiter

moyen âge ® moyenâgeux, pour cent ® pourcentage

La dérivation peut se faire sur la base réduite à un seul de ses éléments.

volley-ball ® volleyeur

seizième siècle ® seiziémiste

La dérivation se fait parfois sur le premier élément du mot composé, de la locution ou du syntagme, surtout si ce premier élément à déjà donné un dérivé avec ce suffixe.

Conseil Municipal ® Conseiller Municipal

résidence secondaire ® résidencier secondaire

La base subit une inversion, le déterminant étant placé avant le déterminé:

Afrique du Nord ® Nord-Africain

Amérique Latine ® Latino-Américain

Ce qui est très fréquent, surtout au XXème siècle, c’est que la dérivation se fasse sur la forme latine de la base, parfois même sur une forme latine ou grecque (voire étrangère) qui n’est pas à l’origine des éléments constituant le syntagme ou le composé :

sous l’abdomen ® sous-abdominal

après de Gaulle ® le post-gaullisme

sourd-muet ® surdi-mutité

mort-né ® mortinatalité

SUFFIXES FORMANT DES NOMS OU/ET DES ADJECTIFS

– ableconvenable- eberline, micheline

– adeengueulade-eauchevreau, taureau

– ageparcage- éecouvée

– aieroseraie- elaccidentel

– ailletrouvaille- ementlogement

– airemilliardaire- esserichesse

– aisMarseillais- eurfootballeur

– aisoninclinaison- euxrespectueux

– anformosan- iblecompatible

– ancesouffrance- ierprisonnier

– antmigrant- inenfantin

– assefadasse- iquetouristique

– atsyndicat- ismejournalisme

– âtreverdâtre- oirmouchoir

– audnoiraud- tétotalité

– tionvaccination

– urepiqûre

Parmi ceux-ci, on va s’arrêter aux suffixes suivants :

· -aie (du lat. -eta, plu. de -etum) forme des noms désignant une collection, une plantation des végétaux désignés par la base: chênaie, hêtraie, roseraie.

· -ais et sa variante -ois (du lat. -ensem) se joignent à des noms de villes et de pays pour former des noms désignant les habitants ou leur langue, ainsi que des adjectifs: Marseillais, Namurois.

· -ement (du lat. -amentum) a servi à tirer des verbes de toutes les conjugaisons un nombre considérable de noms exprimant l’action ou son résultat; il est encore bien vivant: abaissement, abattement, dénigrement. Quelques mots ont pris un sens concrêt: logement, vêtement.

· -ier (du lat. -arium, forme savante -aire) feminin -ière, a fourni un grand nombre de dérivés sur des adjectifs et surtout sur des noms. Il forme des adjectifs exprimant une qualité, un rapport: fruitier, minier, rancunier ; et des noms désignant des personnes (qui ont une activité en rapport avec la réalité désignée par le mot de base), des contenants, des arbres, des ustensiles divers: cabaretier, prisonnier, cuirassier, barbier, bananier, gaufrier, jarretière, souricière.

· -oir (du lat. -oriuom, forme savante -toire), fém. -oire, s’attache à des verbes, rarement à des noms, et forme des noms désignant des endroits et des instruments: abreuvoir, mouchoir, présentoir, bougeoir, baignoire, balançoire.

· -tion. Sous forme -ation, c’est le suffixe nominal le plus productif en français contemporain. Il sert surtout à faire des mots d’action à partir de verbes: adaptation, recommandation, admonestation, bifurcation, vaccination, unification, colonisation, climatisation.

· -toire, sert à former des adjectifs tirés de verbes, le plus souvent de verbes savants auxquels correspondent des substantifs en -tion. La forme plus fréquente est -atoire, sur des verbes en -er : blasphématoire, diffamatoire, épilatoire.

· -u (du lat. -utum) forme des adjectifs tirés de noms: barbu, bossu, ventru

· -ule (du lat. -ulus, -ula) a donné des diminutifs, surtout dans la langue scientifique: ovule, lobule, ridule

· -ure (lat. -aturam) forme des mots tirés de bases nominales ou verbales. Ils indiquent soit une action subie, soit le résultat concret de l’action, ou un collectif: brûlure, piqûre, froidure, chevelure, denture.

Suffixes transformant des noms ou des adjectifs en verbes

· -er (lat. -are, mais aussi -ere), a formé et continue de former de nombreux verbes, sur des mots du fond primitif, sur des mots empruntés, sur des mots déjà dérivés ou composés: draper, grise, boxer, interviewer, sprinter, voyager, vinaigrer, entasser, majorer, relater.

· -ir (lat. -ire) très productif au moyen âge, en donne plus à l’époque moderne que de rares dérivés: maigrir, garantir, surir.

· -iser (lat. -izare) a connu un développement considérable en français moderne, sur des noms ou des adjectifs de diverses origines et aussi sur des radicaux empruntés au latin ou au grec: monopoliser, scolariser, utiliser, américaniser, pasteuriser, neutraliser.

· -fier (lat. -ficare) s’est surtout développé à l’époque moderne: cocufier, personnifier, russifier, vitrifier, statufier.

Suffixes formant des adverbes

· -ment (du lat. -mente, ablatif du mot “mens” “esprit”) s’ajoute à des adjectifs, parfois à d’autres mots, pour former des adverbes: lentement.

5.1.2.Dérivation préfixale

Un préfixe est une suite de sons (ou de lettres, si on envisage la langue écrite) qui n’a pas d’existence autonome et qui s’ajoute devant un mot existant pour former un mot nouveau.

Au contraire de ce qui se passe souvent pour la suffixation, 1er les préfixes en changent pas la nature des mots auxquels ils sont joints, mais seulement leur signification, 2ème la préfixation n’entraîne aucune modification formelle de la base.

LES PRINCIPAUX PREFIXES

· a- qui appartient surtout à la langue écrite notamment scientifique, indique la privation, la négation, avec des adjectifs et des noms: amoral, areligieux, apesanteur; variante an devant voyelle: anorganique.

· co- (lat. co-) se combine avec des noms et des verbes: codirecteur, coefficient, coexister.

· dé-, dis- (tous deux du lat. dis- ) marquent la séparation, la privation, la négation, avec des verbes, des noms, des adjectifs: décharger, dénatalisé, déraisonnable; disparaître, disparité, dissemblable.

· é- (lat es.) se trouve dans quelques verbes de formation française: ébahir, ébattre, ébranler, éprouver, où il a plutôt une valeur de renforcement – ordinairement, il sert, dans des formations parasynthétiques, pour exprimer l’idée d’extraction.

· in- (lat in- et variantes) et ses variantes s’ajoutent à des noms et à des adjectifs pour exprimer la négation: insuccès, inégal.

· mé, mes – devant voyelle, a une valeur négative ou péjorative, avec des noms, des adjectifs, des verbes: mésintelligence, mécontent, mésestimer.

· pré (lat. prae-) ajoute à des verbes le sens “d’avance” parfois à des noms le sens “anticipé”: préétablir, préretraite.

· re- et ses variantes (lat. re) s’emploie surtout à valeur de répétition: retrouver, réélire.

5.1.3.Autres types de dérivation

La dérivation régressive consiste dans la formation d’un mot nouveau par la suppression d’un suffixe ou d’un préfixe: accorder ® accord; galoper ® galop; combattre ® combat; adresser ® adresse; attaquer ® attaque; nager ® nage

L’élimination d’un préfixe est un phénomène peu fréquent.

Il existe aussi la formation parasynthétique consiste à créer un nouveau, surtout un verbe ou un adjectif en -é, en ajoutant à un mot primitif simultanément un préfixe et un suffixe. Débarquer vient directement de barque, car ni débarque, ni barquer n’existent.

5.2.Les composés

On appelle composition le procédé par lequel on forme une nouvelle unité lexicale en unissant deux mots existants. Cette définition s’applique à la composition proprement dite. Mais il y a des composés qui résultent de la nominalisation ou du figement d’un syntagme outre ceux qui résultent de la dérivation sur un syntagme ou un composé. Une catégorie particulière est constituée par les mots composés au moyen d’un ou de plusieurs mots étrangers.

5.2.1.Eléments français

La composition proprement dite

· noms formés d’un verbe + élément nominal (nom sans déterminant, parfois pronom):

– verbe + objet direct, procédé extrêmement fécond: fait-tout, lave-vaisselle, porte-bagages, pousse-café.

– verbe + sujet, procédé plus rare: pense-bête, croque-monsieur, saute-mouton.

· préposition (ou adverbe) + nom ou verbe

– verbes formés d’une préposition (ou d’un adverbe) et d’un verbe:

à: apercevoir, attirer

contre: contre balancer, contremander

sur: surcharger, surnager

– noms formés d’une préposition (ou d’un adverbe) et d’un nom :

arrière: arrière-boutique, arrière-pensée

avant: avant-scène, avant-veille

sous : sous-lieutenant, sous-vêtement.

· nom formé d’un nom et d’un nom complément juxtaposé: timbre-poste, wagon-lit, le Nord-vietnam, auto-école, ciné-roman, radioreporter

· mots coordonnés sans pause ni conjonction : sourd-muet, L’Alsace-Lorraine, une montre bracelet, aigre-doux.

· composés résultant de la nominalisation d’un syntagme ou d’une phrase:

– préposition + nom: une affaire, un à priori, l’après-midi, l’avant-guerre, un hors-la-loi.

– syntagmes compléments nominalisés par effacement du mot complété: un mille-pattes, une deux chevaux.

– verbes + complément: un faire-valoir, le savoir-faire, le savoir-vivre.

· dans les phrases, quelques cas: un laissez-passer, un rendez-vous, un je ne sais quoi.

· composés résultant du figement d’un syntagme: arc-en-ciel, bien-aimé, avant-hier, adieu, bonsoir.

5.2.2.Eléments étrangers

Les éléments latins servant en composition son moins abondants que les éléments grecs :

-cide: insecticide-cole: viticole

-figue: frigorifique-vore: granivore

Les éléments grecs sont extrêmement nombreux, surtout dans le domaine des sciences et des technique ; ils représentent la part la plus importante du grec dans les langues modernes. Nous allons citer des éléments parmi les plus communs. Il y en a beaucoup d’autres.

anthrop-(homme):anthropologiehydr-(eau):hydravion

bibli-(livre):bibliophilelith-(pierre):lithographie

chrom- (couleur):chromosphèremétr-(mesure):baromètre

cosm-(monde):cosmonauteor-(montagne): orographie

dém- (peuple): démographiepath-(douleur):pathogène

gé- (terre):géologiepsych-(ame):psychologie

gramm (lettre):télégrammexen- (étranger):xénophobe

zo-(animal): zoolâtrie

Il y a aussi des formations mixtes ainsi:

– il est fréquent que l’on forge des composés en mêlant des éléments latins et des éléments grecs: automobile, bicyclette, télévision, etc…

– il y a aussi des hybrides dans lesquels un des deux éléments est français ou peut être considéré comme tel: cocaïnomane, anglophone.

Finalement on parle des cas où un élément grec ou latin est ajouté à un mot français sans en changer la nature. Ces éléments fonctionnent comme des adverbes on des adjectifs et son fort proches des préfixes:

archi-: archiplein, archifolle

hyper-: hypermarché, hypersensible

macro-, micro-: macro-économie, micro-économie

semi-: semi-consonne

AUTRES LANGUES

Certains composés ont été formés ailleurs qu’en français. Nous signalons ici des éléments plus nettement empruntés à des langues vivantes:

– de l’italien: on a emprunté: paraso et paravent. Sur ce modèle le français a formé: parapluie, paragrêle etc.

– de l’anglais viennent les éléments: self et man : self-service, tennisman, bagageman.

5.3.Autres procédés

5.3.1.Réductions

· Réductions de mots ou troncations (en pas confondre avec le phénomène graphique de l’abréviation).

Dans le vocabulaire usuel, la langue parlée réduit par ablation des syllabes finales (apocope) les noms d’une longueur excessive, en particulier les noms composés au moyen d’éléments grecs : auto(mobile), kilo(gramme), métro(politain), photo(graphie)

L’ablation des syllabes initiales (aphérèse) est très peu fréquent (auto)bus

· Réductions de locutions et de syntagmes :

un bureau de tabac ® un tabac

un bateau à trois mâts ® un trois-mâts.

pilule anticonceptionnelle ® la pilule

· Les sigles sont des abréviations qui sont constituées d’initiales, mais qui sont traitées comme des mots, soit qu’on donne aux lettres leur nom: un H.L.M.

soit qu’on leur donne leur valeur habituelle: L’OTAN

5.3.2.Altérations

· Par plaisanterie est individuelle et en concerne pas la langue commune: ridicoculiser, ridiculiser un mari en le rendant cocu

· L’euphémisme peut rendre un mot moins choquant en modifiant sa forme de façon plus ou moins arbitraire: mince! au lieu de merde! , diantre! au lieu de diable!

· Le langage enfantin est utilisé par les adultes quand ils parlent aux enfants: dodo, caca, pipi,

5.3.3.Les changements de catégorie

Les changements de catégorie sont souvent appelés dérivation impropre ou implicite; on dit aussi translation. Ils consistent à faire changer les mots de catégorie, de classe grammaticale sans que leur forme soit modifiée. Cela n’implique pas nécessairement un changement de signification, par ex.: quand le verbe sourire devient un nom.

La nominalisation des adjectifs et des participes est très fréquent: un aveugle, un malade; participes présents et passés: un habitant, un écrit; nominalisation des infinitifs: un aller et retour, un baiser, le dîner, etc…

Il y a d’autres changements de catégorie ainsi: les participes présents et passés, qui ont dans leur nature de pouvoir s’employer comme épithètes, se confondent souvent avec l’adjectif: un spectacle charmant, un appartement garni

5.3.4.Onomatopées et créations pures

Les onomatopées sont des mots censés reproduire des bruits: couin, couin; chut!; cocorico.

Les créations pures sont très rares: on explique par des combinaisons arbitraires de lettres ou de sons: Kodak, perlimpinpin, S.O.S

Au moment où les juifs ont dû prendre un nom de famille en France, certains paraît-il, auraient choisi leur nom en tirant des lettres au hasard.