Tema 6 – La compétence communicative. L’analyse de ses composants.

I – INTRODUCTION

L’approche communicative est avant tout centrée sur l’apprenant, au contraire des méthodes antérieures qui étaient presque exclusivement centrées sur la langue cible et qui exigeaient une méthodologie très rigoureuse.

L’apport de la psychologie cognitive est d’avoir fait prendre conscience que l’individu non seulement participe à son propre apprentissage, mais en est l’acteur principal. Il faut dans ce cas, lui en donner les moyens, à la fois, dans le cadre de la classe et à l’extérieur.

C’est dire aussi que l’apprentissage ne s’effectue pas seulement à l’intérieur du cadre de la classe, et que l’enseignant ne doit pas négliger les connaissances antérieures de l’apprenant, même débutant, ou les connaissances qu’il peut acquérir à l’extérieur du lieu de l’apprentissage .

Un enseignement communicatif des langues privilégie les besoins linguistiques, communicatifs et culturel exprimés par l’apprenant. Les progressions lexicales et grammaticales ne sont pas déterminées à l’avance. Tout en respectant les outils linguistiques de base sans lesquels l’apprenant ne pourrait s’exprimer, l’approche communicative introduit du lexique et des structures grammaticales, quelles que soient leur fréquence ou leur complexité au fur et à mesure des besoins exprimés ou de leur apparition dans les documents authentiques.

Remarques:

* Se pose alors pour certains apprenants, le problème de la difficulté de structurer et de maîtriser la masse d’informations linguistiques et culturelles reçues.

C’est à l’enseignant que revient le devoir de systématiser certaines de ces informations, par des explications, des exercices de réemploi, des activités de structuration des acquis.

* D’autres, au contraire, apprécieront le rythme et l’efficacité d’un apprentissage qui leur demande beaucoup mais ne leur fait pas perdre le temps: leur motivation sera donc très forte .

II -LA COMPETENCE DE COMMUNICATION

L’influence des travaux du Conseil de l’Europe, et plus particulièrement du Niveau Seuil, est déterminante dans les méthodologies prônant l’apprentissage de la compétence de communication .

Historiquement, cette notion est apparue, dans le domaine nord-américain, à partir des critiques émises par des sociolinguistes (travaux de Dell Hymes) à l’encontre de la notion de compétence telle qu’elle apparaît dans le “couple” compétence / performance de la théorie générative transformationnelle (Chomsky), théorie qui, postulant un locuteur “idéal”, cherche à expliciter les règles linguistiques permettant d’engendrer toutes les phrases grammaticales d’une langue .

La critique essentielle porte sur le fait qu’aucune place n’y est assignée à l’adéquation des énoncés aux contextes situationnels et socioculturels. Or il semble exister dit Hymes, des règles d’emploi (sans lesquelles les règles grammaticales sont inutiles) régulant la production et l’interprétation des énoncés appropriés à la situation dans laquelle ils sont produits. Un élargissement de la notion de compétence est alors proposé: la compétence de communication de facteurs cognitifs, psychologiques et socioculturels dépendant étroitement de la structure sociale dans laquelle vit l’individu et reposerait donc, en simplifiant quelque peu, non seulement sur une compétence linguistique (la connaissance des règles grammaticales du système) mais aussi sur une compétence psycho-socio-culturelle (la connaissance des règles d’emploi et la capacité de les utiliser).

A partir des travaux de Dell Hymes, la notion de compétence de communication a été rapidement utilisée en didactique et précisée, bien que la définition initiale et les suivants posent certains problèmes.

La compétence de communication est le noyau dur de la didactique actuelle du FLE.

Il s’agit de reconstituer l’ensemble des codes et des sous-codes, des règles, des rites, des normes socioculturelles, des rôles qui interviennent et font la communication, qui sont acquis selon des apprentissages successifs par les enfants et les adolescents et qui déterminent la production des actes langagiers et l’évaluation de ceux-ci.

Pour communiquer il faut maîtriser la langue requise par la situation de communication, mais il faut aussi mobiliser d’autres savoirs et d’autres savoir-faire: une compétence de la communication, complexe car elle repose sur plusieurs composantes, dont la mobilisation ne peut être cependant que simultanée, face à un événement langagier.

III – ANALYSE DES COMPOSANTES DE LA COMPETENCE COMMUNICATIVE

C’est à partir de ces travaux de Dell Hymes, où les composantes de la compétence de communication étaient les règles linguistiques et les règles d’usage, que Canale et Swain définissent la compétence de communication comme incluant 3 compétences principales : une compétence grammaticale, une compétence sociolinguistique, et une compétence stratégique. Pour ces auteurs, la compétence sociolinguistique inclut une compétence socioculturelle (comprise comme la connaissance des règles sociales dans un groupe donné) et une compétence discursive (qui est c comprise comme maîtrise de différentes formes de discours ). La compétence stratégique est définie comme l’ensemble des stratégies de communication qui permettent de compenser les ratés de la communication: ces phénomènes de compensation peuvent s’exercer soit sur la compétence linguistique soit sur la compétence sociolinguistique. La compétence stratégique doit donc être enseignée dès le début de l’apprentissage d’une langue étrangère puisqu’elle permet de combler les lacunes des deux autres compétences.

Sophie Moirand donne une définition un peu plus précise de la compétence de la communication en identifiant 4 composantes :

· une composante linguistique

· une composante discursive, c’est à dire la connaissance et l’appropriation (capacité de les utiliser) des différents types de discours en fonction des paramètres de la situation dans laquelle ils sont produits et interprétés.

· une composante référentielle, c’est-à-dire la connaissance des domaines d’expérience et des objets du monde et de leur relation.

· une composante socioculturelle, c’est-à-dire la connaissance et l’appropriation des règles sociales et des normes d’interaction entre les individus et les institutions, la connaissance de l’histoire culturelle et des relations entre les objets sociaux.

Pour S. Moirand, ce n’est qu’au moment de l’actualisation de cette compétence qu’interviennent les phénomènes de compensation qui révèlent les “stratégies individuelles de communication”.

Mais toutes ces différentes définitions posent une série de problèmes sur l’utilisation du concept de compétence de communication en didactique des L.E. Un de ces problèmes est que le rapport entre les différentes composantes n’est pas vraiment précisé; ainsi, on peut s’interroger sur le rapport social / individuel, surtout au niveau d’une compétence stratégique .

Ces définitions s’accordent plus ou moins pour mettre à jour une compétence linguistique, une compétence socioculturelle, et une compétence discursive, mais en ce qui concerne la compétence stratégique, on se demande s’il n’y a pas de stratégies plutôt liées au fonctionnement social du groupe, et, qu’en ce cas-là, la représentation que l’on a de l’autre lors d’un échange est plutôt inscrite dans une dimension sociale.

Le fait qu’il n’existe aucune description des règles sociales qui régissent la communication dans une langue donnée et plus précisément dans un groupe utilisant la même langue, crée un déséquilibre par rapport à la compétence linguistique, qui, elle est décrite, même s’il existe des angles de description parfois opposés.

Il n’est donc pas évident de définir exactement ce qui recouvrent certaines composantes de la compétence de communication. Et la relation qui existe entre les réalisations linguistiques, le contexte social, les formes du discours et les stratégies est difficilement systématisable, elle peut à la rigueur être observée .

Le fait que la compétence de la communication ne soit pas décrite de façon identique dans les différents modèles ne devrait pas constituer un obstacle à l’utilisation de ce concept en didactique de langues. Il est important, en revanche, qu’un programme d’enseignement d’une langue prenne en compte les différentes composantes de la compétence de communication. On doit considérer que l’enseignement de cette compétence repose sur un ensemble d’au moins cinq types de maîtrises, donc, au moins cinq composantes (qui sont autant de micro-compétences): semiolinguistique, référentielle, discursive textuelle, sociopragmatique et ethno-socioculturelle.

3.1.Compétence semiolinguistique

Une compétence semiolinguistique qui intègre des représentations de la langue (images, attitudes…) concernant évidemment la langue dans ses fonctionnements phonologiques, phonétiques, lexicosémantiques et grammaticaux, mais également d’autres systèmes signifiants associés plus ou moins exclusivement au linguistique comme, la gestualité ou la mimique à l’oral ou la graphie et la ponctuation à l‘écrit.

3.2.Compétence référentielle

Une compétence référentielle, cette connaissance concerne les représentations plus ou moins scientifiques de l’univers auquel renvoie et dans lequel circule telle ou telle langue, c’est à dire le territoire, le cadre thématique, géologique, la démographie, l’organisation sociale, etc…

Cette compétence devrait être prise en charge prioritairement par un enseignement de civilisation, de type géographique en particulier.

3.3.Compétence discursive textuelle

Une compétence discursive textuelle, c’est à dire les savoirs et les savoir-faire relatif au discours et aux messages en tant que séquences organisées d’énoncés, les représentations et la maîtrise effective de divers fonctionnements textuels et de la mise en discours: les cohérences du projet argumentatif, narratif, qui permettent par exemple de construire et reconnaître une démonstration, un récit…., etc. en français .

3.4.Compétence socio pragmatique

Une compétence socio pragmatique qui concerne les comportements langagiers dans leur dimension interactionnelle et sociale: par exemple comment répondre, par écrit ou oralement, en face à face ou au téléphone, à telle ou telle invitation, émanant de tel ou tel interlocuteur ou correspondant, en telle ou telle occasion.

3.5.Compétence ethno-socioculturelle

Une compétence ethno-socioculturelle qui concerne la maîtrise des connaissances, des opinions et des représentations collectives, en relation avec les diverses identités sociales, ethniques, religieuses, politiques, etc., qui coexistent et s’affrontent plus ou moins violemment sur le marché culturel.

Cette compétence est du domaine du fonctionnement culturel implicite, elle intègre au moins 4 ensembles de représentations collectives, plus ou moins stables :

· les représentations du patrimoine historico-culturel (les grandes oeuvres, les grands artistes, les grands hommes, les grandes dates, les grands événements).

· les représentations du patrimoine national identitaire (les emblèmes – Marianne, le coq, l’hexagone … et d’autres signes d’identité plus ou moins emblèmatisés – mots, devises, dates, objets…)

· les grandes images du vécu communautaire: de la vie, de la mort, du corps, de la nature, les mythologies populaires, les représentations interculturelles (des immigrés, des autres civilisations …)

· les attitudes d’évaluation plus ou moins dominantes, durant une certaine période et dont la circulation est réglée par des “leaders d’opinion” avec la complicité des médias: les mots slogans, les références obligées, les thèmes porteurs …

Une chanson comme l’Hexagone de Renaud peut être exploitée dans une telle perspective: elle joue précisément sur la dénonciation violente d’une série de traits ethnoculturels définitaires de l’Hexagone .

Les discours télévisuels, en particulier les spots publicitaires et le journal télévisé sont des espaces privilégiés d’investissement des représentations collectives .

On peut penser également à une entrée lexicosémantique dans cette compétence, en particulier à travers ce que Galisson appelle “mots à charge culturelle partagée”. Car les mots, en tant que réceptacles pré-construits, donc stables et économiques d’emploi par rapport aux énoncés à construire sont des lieux de pénétration privilégiés pour certains contenus de culture qui s’y déposent, finissent par y adhérer et ajoutent ainsi une autre dimension à la dimension sémantique ordinaire des signes .

Par exemple si le 1er avril tombe un vendredi et que je déclare à un compatriote en lui montrant le calendrier . Aujourd’hui c’est vraiment le jour du poisson, il comprendra que je fais allusion au poisson d’avril (cf. les mystifications traditionnelles du 1er avril) et au poisson que l’on sert de préférence le vendredi chez les catholiques (le poisson est réputé de viande maigre et l’Eglise autorise sa consommation, même le vendredi qui est le jour de l’abstinence). Ainsi, le mot poisson est chargé d’implicites culturels qui fonctionnent comme des signes de complicité, incluant l’interlocuteur, s’il comprend, dans le groupe social du locuteur, l’en excluant s’il ne comprend pas . Cette valeur ajoutée à la signification du mot sert donc de marque d’appartenance et d’identification culturelle.

Galisson signale qu’entre la méthodologie d’hier et d’aujourd’hui, il n’y a pas de rupture entre les objectifs, comme cela avait été le cas entre les méthodologies directes et traditionnelles. On continue à enseigner la langue et non à propos de la langue, mais on fait mieux la différence entre le système qui postule une compétence linguistique, et l’emploi, qui postule une compétence de communication, ce qui signifie qu’en tant qu’outil de communication, la langue est pleinement reconnue comme pratique social.

Publicado: agosto 11, 2015 por Santiago

Etiquetas: tema 6 frances