Tema 56 – La Francophonie (1): la diversité des communautés francophones. Inscription et domaines d’utilisation.

Tema 56 – La Francophonie (1): la diversité des communautés francophones. Inscription et domaines d’utilisation.

1.INTRODUCTION

2.LA FRANCOPHONIE

3.L´ESPACE FRANCOPHONE

3.1.EN EUROPE

3.2.AU PROCHE ORIENT

3.3.EN AFRIQUE

3.4.DANS L´OCÉAN INDIEN

3.5.EN ASIE

3.6.EN OCÉANIE

3.7.EN AMÉRIQUE

4.DIVERSITÉS LINGUISTIQUES DANS L´ESPACE FRANCOPHONE

4.1.LE FRANAIS EN FRANCE

4.2.EN BELGIQUE

4.3.EN SUISSE

4.4.AU CANADA

4.5.EN LOUISIANE

4.6.AUX ANTILLES ET EN GUYANE

4.7.EN AFRIQUE

5.CONCLUSION

6.BIBLIOGRAPHIE

1.INTRODUCTION

-Aujourd´hui 105 millions de personnes utilisent le français comme première langue.

-150 millions l´emploient de manière occasionnelle.

-Le français est la neuvième langue dans le monde.

-Il est présent dans tous les systèmes éducatifs du monde.

-Avec l´appui de la France et d´autres états francophones, la communauté francophone est devenue une véritable enceinte de coopération, tant linguistique, culturelle, économique et politique.

2.LA FRANCOPHONIE

-Le mot francophonie évoque aujourd´hui des notions très diverses et très contradictoires.

-Le mot francophonie fait référence parfois à des réalités historiques, géographiques, politiques et linguistiques.

-Pour certains, la francophonie est le signe d´un passé glorieux, mais pour d´autres, elle est le symbole de l´oppression.

-Il semble donc que la francophonie est perçue comme un ensemble de peuples ou de communautés qui parlent le français, ce qui nous amène à montrer la diversité des modes d´implantation du français :

· Langue maternelle

· Langue de l´émigration.

· Langue de la colonisation.

· Langue de culture.

-Tous les éléments jouent un rôle important dans la définition du concept de la francophonie.

-C´est le géographe français Onesime Reclus qui a été le premier à utiliser en 1887 le terme de francophonie dans son essai de classement des habitants de la planète en fonction de la langue qu´ils parlaient dans leur famille et leurs relations sociales.

-Mais ce terme disparut du langage pendant de nombreuses années jusqu´à ce qu´au début du XX siècle le terme de francité fut employé pour désigner les caractéristiques non seulement linguistiques mais aussi culturelles de ce qui est français.

-Il faudra attendre novembre 1962 pour voir réapparaître le mot francophone dans un numéro spécial de la revue Esprit intitulé : « Le Français dans le monde ».

-Ce numéro regroupait un nombre important d´écrivains prestigieux comme Senghor, Bourniquel et Léger, et les mots francophonie et francophone y reviennent souvent.

-En 1968 paraît le premier dictionnaire de la francophonie.

-Il faudra attendre les années 1960 et la décolonisation pour voir l´idée de la francophonie politique.

-La communauté de pays de langue française formulée par le président tunisien Bourgiba, le présisent sénégalais Senghor et le québécois Léger à partir d´un idéal, « du dialogue des cultures » est aujourd´hui une réalité.

-La francophonie regroupe aujourd´hui dans le cadre de la charte de la francophonie, 84 états et gouvernements membres ou observateurs.

-Elle est fondée « sur l´attachement à des valeurs communes et l´usage d´une langue partagée dans le respect des identités culturelles de chacun ».

-La secrétaire générale de la francophonie, Michaëlle Jean, a pour mission de coordonner les différents organismes de la francophonie et d´être le porte-parole politique et la représentante officielle de la « voix francophone ».

-La francophonie est vécue dans des pays aussi différents comme le Sénégal, le Liban et le Canada.

3.L´ESPACE FRANCOPHONE

-L´Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) est une institution fondée sur le partage d´une langue et de valeurs communes.

-Elle conduit des actions dans les domaines de la politique internationale et de la coopération multilatérale.

-Il s´agit des pays où la langue française joue un rôle de fait ou de droit.

3.1.EN EUROPE

· La France : elle compte plus de 56 millions d´habitants, et le français y est la seule langue officielle et la langue parlée par l´immense majorité de la population.

· La Belgique : elle compte 10 millions d´habitants, dont 33% de francophones. Le français y est langue officielle avec le néerlandais et l´allemand.

· Le Luxembourg : il compte 400.000 habitants. Le français est langue officielle avec le luxembourgeois et l´allemand.

· La Suisse : elle compte 7 millions d´habitants, dont 19% de francophones. Le français y est langue officielle avec l´allemand, l´italien et le romanche.

· Le Val d´Aoste : il compte 110.000 habitants. Il s´agit d´une région autonome de l´Italie où le français et l´italien sont langues officielles.

· Principauté de Monaco.

· La Bulgarie et la Roumanie comme langue de culture.

3.2.AU PROCHE ORIENT

· Le Liban : le français joue un rôle limité face à l´arabe, ainsi que la Syrie où on trouve quelques traces linguistiques du mandat français qui s´exerça sur ces deux pays après la première guerre mondiale.

· L´Egypte : langue de culture.

3.3.EN AFRIQUE

· La Tunisie, le Maroc, l´Algérie, La Mauritanie : le français est la principale langue étrangère, jouissant d´un statut particulier du fait de la colonisation.

· Le Sénégal, le Mali, la Guinnée Bissau, La Guinée Équatoriale, la Burkina-Faso, le Niger, le Tchad, la Côte d´Ivoire, le Togo, le Bénin, la Centrafrique, le Gabon, le Congo, Djibouti : le français est la seule langue officielle.

· Le Cameroun : le français est langue officielle avec l´anglais.

· Le Rwanda, le Burundi : le français est langue officielle avec une langue africaine.

· Le Cap Vert : langue de culture.

3.4.DANS L´OCÉAN INDIEN

· La Réunion : Département et Région d´outre-mer. (DROM)

· L´île Maurice : le français n´a aucun statut de droit mais joue de fait un rôle central dans la vie quotidienne et dans les médias.

· Les Seychelles, les Comores et Madagascar : le français a une place privilégiée.

3.5.EN ASIE

· Le Vietnam, le Cambodge, le Laos : ils ont été colonies ou protectorats français. Le français conserve encore quelques positions.

· L´Inde : le français est l´une des langues officielles avec l´anglais du territoire de Pondichéry.

3.6.EN OCÉANIE

· La Polynésie française : les collectivités d´outre-mer (COM).

· Le Vanuatu : langue officielle avec l´anglais et le bichelamar.

3.7.EN AMÉRIQUE

· La Martinique, la Guadeloupe, et la Guyane : départements et régions d´outre-mer. (DROM)

· La Louisiane : on compte encore un certain nombre de francophones, les cajuns.

· Le Canada : en particulier, le Québec et le Nouveau-Brunswick.

4.DIVERSITÉS LINGUISTIQUES DANS L´ESPACE FRANCOPHONE

-Il existe dans la langue française une diversité remarquable.

-Ces diversités sont géographiques et régionales, et affectent le vocabulaire, les formes grammaticales, la prononciation…

4.1.LE FRANAIS EN FRANCE

-Afin d´assurer la prédominance d´une langue « unique et invariable » dans une république « une et indivisible », la révolution française avait proclamé la nécessité d´abolir les patois.

-La diversité régionale reste présente dans les prononciations et le vocabulaire.

-Certains linguistes considèrent le français de Paris comme le français « moyen », c´est-à-dire, la référence en quelque sorte de la langue française.

-C´est dans le domaine de la cuisine et du foyer que se réfugient souvent certaines formes apprises dans l´enfance et que l´on ne modifie pas par la suite.

-Par exemple, dans le sud, quand on nomme un poêlon on se réfère à une casserole.

-Si l´on consulte les ouvrages spécialisés, on est surpris d´apprendre que tel mot, qu´on croyait de pure souche française, est un fait un emprunt dialectal.

· Noms : avalanche, boulanger, casserole.

· Verbes : brusquer, fâcher.

· Adjectifs : crétin, égrillard.

-Tous ces mots ont enrichi la langue française au cours des siècles.

-Par rapport à la prononciation nous pouvons remarquer :

· Disparition ou plutôt de l´assimilation du son « un » à celui du mot « pain ». cependant dans le cas de « brin » et « brun » le contexte ne permet pas toujours de relever l´ambigüité.

· Au sud de la France, la confusion existe au niveau de « franc » et « front ».

· De la même façon le phonème de la voyelle ouverte // du mot « fait » ou « fête » est prononcé comme une voyelle fermée /e/ et de là, la confusion du mot « été » et « était ».

4.2.EN BELGIQUE

-Constituée en 1830, la Belgique est depuis le haut Moyen Âge, coupée en deux zones par une frontière linguistique horizontale, allant de Verviers à Courtrai avec au nord, le pays flamand de langue germanique et au sud, le pays Wallon de langue romane.

-Le français y est devenu très tôt la langue de la religion, de l´administration, la langue de la culture et de l´écrit dans l´ensemble du territoire.

-Aujourd´hui le français est la langue usuelle de toute la région wallonne avec un territoire flamand, l´enclave francophone de Bruxelles.

-Les différences du français belge sont :

· La distinction générale des voyelles de « brin » et « brun ».

· Le maintien de la distinction entre le « a » de « patte » et celui de « pâte », par une différence de longueur et non pas de timbre.

· L´opposition d´une voyelle brève à une voyelle longue pour des mots comme « aimé/aimée », « cri/crie », « nu/nue ».

· La tendance des consonnes finales sonores à devenir des consonnes sourdes : « serbe/serpe », « douze/douce », « marge/marche ».

· La nasalisation des voyelles devant une consonne nasale : « même/minme ».

· Il existe par ailleurs un lexique propre à la Belgique : auditoire-salle de cours, carte-vue-carte postale, nonante-90, septante-70.

4.3.EN SUISSE

-Langue officielle au même titre que l´italien et l´allemand, le français de suisse se distingue peu du français des régions voisines en France, comme le Franche-Comté, la Bourgogne et la Savoie.

-La frontière politique entre la Suisse et la France n´est pas une frontière linguistique.

-Il est parlé dans les cantons de Genève, de Vaud, de Neuchâtel, dans la moitié occidental du Valais et du canton de Fribourg, ainsi que dans le Jura Bernois, récemment séparé du canton de Berne.

-Les différences du français suisse sont :

· La prononciation d´une voyelle ouverte à la fin de « pot », « mot », « sabot », « abricot », qui permet à ces régions de distinguer « pot » de « peau », « mot » de « maux », la voyelle finale de « sabot » et celle de « beau ».

· Quelques usages lexicaux propres à la Suisse : septante-70, huitante-80, livret-table de multiplication, fourrer un livre-recouvrir un livre.

4.4.AU CANADA

-Le français s´est installé depuis le XVII siècle au Canada, et selon les régions, les proportions des personnes d´origine française sont variables.

-Elles sont majoritaires au Québec et dans les provinces de l´est, l´usage du français est remarquable chez les Acadiens.

-Au total, au Canada, il y a 6 millions de francophones, dont un peu plus de 5 millions vivent dans la province du Québec.

-C´est surtout pour les Acadiens que le problème de la survie du français se pose tous les jours.

-Ses descendants s´étaient installé vers 1604 sur les côtes de ce qui est aujourd´hui la Nouvelle-Écosse.

-Après avoir été objet de luttes entre la France et l´Angleterre, l´Acadie reste finalement française, puis repasse plus tard sous domination anglaise.

-Refusant l´autorité anglaise, ils sont déportés vers les États-Unis.

-Certains de ceux qui ont survécu à cette aventure se sont installés en Louisiane.

-D´autres se réfugient sur ce qui est aujourd´hui le Nouveau-Brunswick.

-Les différences du français canadien sont :

· L´assibilation des occlusives : il s´agit de la prononciation « ts » pour « t » (exemple : petitsi pour petit). Ce phénomène se produit essentiellement au Québec, mais ne touche pas les Acadiens.

· La prononciation de « guerre » ou « curé » comme si ces mots s´écrivaient « djerre » et « tchuré » de la même façon que « cadjins » ou « cajuns » de Louisiane pour « acadien ».

· Quelques usages lexicaux propres au Canada : assez-très ou beaucoup ; cabaret-plateau de service ; cartable-classeur ; chaussette-pantoufle ; espérer-attendre.

4.5.EN LOUISIANE

-Fondée en 1682, la Louisiane, baptisée ainsi en l´honneur de Louis XIV, n´est restée française que pendant 80 ans.

-Les premiers immigrants ont vu leur nombre augmenter grâce à la venue des Acadiens en 1755, grâce à un certain nombre de réfugiés venus de France après la Révolution et aussi grâce à un nombre accru d´esclaves venus des Antilles.

-On peut trouver en Louisiane trois catégories de français :

· Le français colonial : ou vieux français créole, qui a conservé des voyelles longues à l´oral et ayant une forme écrite.

· L´Acadien : seulement oral.

· Le Black Créole ou créole louisianais : qui est un créole proche du créole antillais qui est surtout parlé dans le sud de l´état.

-En 1869 l´anglais devient langue officielle et le français disparaît complètement des programmes jusqu´à 1968.

-À cette date le français acquiert le statut de langue officielle et la Louisiane crée un conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL)

-Mais le français régresse de plus en plus et seules les personnes âgées continuent à le faire vivre.

4.6.AUX ANTILLES ET EN GUYANE

Dans les départements et régions d´outre-mer le français y est évidemment langue officielle et il y est compris par la plus grande partie de la population.

-Cependant, comme en Guyane, la Réunion, Haïti et l´île Maurice, la langue d´usage y est bien plus souvent le créole.

-Le créole est une langue formée au XVII siècle à la suite des contacts entre colonisateurs parlant français et esclaves parlant diverses langues africaines.

-Les différences du français antillais sont :

· Au niveau phonétique, la prononciation très faible du « r » dans les mots comme « terre » ou « porte ».

· Sur le plan du lexique, on peut nommer des expressions comme « la farine a pris fin » pour « il n´y en a plus » ou d´autres comme : zouc-fête ; zouquer-danser ; tébé-fou.

4.7.EN AFRIQUE

-Les pays francophones africains occupent une bonne moitié de la surface de l´Afrique.

-Pour tous ces pays à l´exception du Sénégal où l´influence française s´est manifestée dès le XII siècle, l´implantation du français en Afrique ne remonte qu´au XIX siècle, avec l´ère coloniale.

-Toutes les variétés du français d´Afrique ont seulement un point commun aujourd´hui : c´est un français scolaire, appris à l´école, et non en famille.

-Le français ne joue pas le même rôle dans tous les pays africains.

-En ancien Zaïre, il s´agit d´une langue qui est surtout lue et bien sûr entendue mais qui n´est pas une langue véhiculaire.

-En Côte-d´Ivoire en revanche, le français est utilisé dans toutes les occasions de la vie sociale.

-En Afrique du nord, la situation est différent dans la mesure où la France y a été présente depuis peu.

-Après l´indépendance il y a certes une arabisation massive de l´enseignement dans les trois pays du Maghreb, mais avec un recul plus net du français en Algérie qu´en Tunisie.

-Au Maroc, avec une arabisation intense, les autorités ont estimé plus raisonnables de replacer le français à l´égalité avec l´arabe qui reste cependant la seule langue officielle.

-Voyons le lexique du français africain :

· En Afrique Noire : ambiance-fête ; arachides-cacahuètes ; boyesse-femme domestique de sexe féminin ; il tombe-il pleut.

· En Afrique du Nord : crier quelqu´un-gronder quelqu´un ; estagnon-bidon d´huile d´olive ; fatigué-malade ; tchater-bavarder.

5.CONCLUSION

-La francophonie fait référence à l´ensemble des peuples qui ont en commun la langue française.

-La diversité francophone est manifestée du point de vue géographique, culturelle ou politique.

-Or, ces régions réalisent des échanges culturels, artistiques et économiques à travers des associations comme l´OIF.

6.BIBLIOGRAPHIE

-Carpentier, Jean et Lebrun, François : Histoire de France. Ed. du Seuil, 1998

-Walter, Henriette : Le Français Dans Tous Les Sens. Collection livre de Poche, nº14001, Paris, 1988.

-www.histoire-France.net

-www.histoire-pour-tous.fr

-www.wikipedia.fr